Tickets Dido

Dido est née Dido Florian Cloud de Bounevialle O'Malley Armstrong5 le  à l'hôpital de Kensington à Londres, au Royaume-Uni6. Elle baigne dans le milieu de la culture (son prénom provient par ailleurs de la forme latine de Didon, fondatrice légendaire de Carthage) avec un père d'origine irlandaise qui travaille en tant qu'agent li...

Dido est née Dido Florian Cloud de Bounevialle O'Malley Armstrong5 le  à l'hôpital de Kensington à Londres, au Royaume-Uni6. Elle baigne dans le milieu de la culture (son prénom provient par ailleurs de la forme latine de Didon, fondatrice légendaire de Carthage) avec un père d'origine irlandaise qui travaille en tant qu'agent littéraire pour la maison d'édition Sidgwick & Jackson et une mère d'origine française7 qui consacre sa vie à l'écriture poétique.

Elle grandit dans un quartier nord de Londres en compagnie de son frère Rollo, et tous deux se passionnent déjà pour la musique. À cinq ans, elle aurait dérobé une flûte à bec. Cette flûte sera le révélateur de son talent précoce8. En effet, il faut croire qu'elle s'y est adonnée avec une certaine passion, malgré son jeune âge, puisqu'elle est admise un an plus tard, à l'âge de six ans à la très prestigieuse Guildhall School of Music de Londres. Peu à peu, elle s'initie à de nombreux instruments, dont la flûte, le piano et le violon, trois instruments qu'elle maîtrise à l'âge de 10 ans. Elle joue surtout de la musique classique, et aime particulièrement les compositeurs classiques actuels. À l'heure de l'adolescence, elle connaît déjà la scène avec un ensemble de musique classique qui organise quelques tournées au Royaume-Uni. Cependant, malgré ses efforts, elle est persuadée qu'elle ne pourra jamais réaliser son premier rêve, à savoir devenir une grande pianiste classique8. À 16 ans, elle découvre la mythique chanteuse de jazz Ella Fitzgerald qui la fascine et suscite son admiration. C'est apparemment une période assez difficile pour la jeune Dido qui se cherche, hésitant entre la musique classique, les études, et le nouveau groupe d'electro de son frère Rollo, Faithless8.

À 17 ans, elle abandonne la musique classique, quelque peu désenchantée. Après avoir terminé ses études secondaires, elle s'inscrit à l'université et étudie le droit, dans l'espoir de devenir juriste. Elle sera en relation pendant sept ans avec un petit ami, Bob Page, devenu avocat9. Elle commence à effectuer des tournées avec Faithless, et prête sa voix à plusieurs de leurs chansons. Peu à peu, le nom de Dido trouve écho dans les milieux musicaux. Cependant, son frère s'inquiète et lui conseille de se consacrer à ses études universitaires. « J'étais juste la petite sœur de Rollo, donc la dernière que l'on aurait regardée ». Or, justement, du côté des labels, on commence à la regarder de près. En effet, après une de ses démos, Dido est invitée à rencontrer Clive Davis, le fondateur d'Arista Records. La rencontre se déroule en 1997, dans un grand hôtel londonien. « Ce qui m'a réellement fait comprendre que cet homme était étonnant, c'est que j'avais déjà rencontré beaucoup de personnes de l'industrie musicale, et c'est le seul qui se soit réellement assis pour me parler de ma musique, tout le contraire de ce qu'ils font d'habitude ! ». Autre chose l'a séduite, quelque chose de plus subtil. Elle n'avait aucune limite, aucune barrière à ne pas franchir, sa création était totalement libre, « parce qu'on ne se préoccupait pas vraiment de ce que je faisais, ils étaient occupés ailleurs… » Et c'est ainsi qu'en 1999 sort The Highbury Fields EP, l'album comprenant les quatre premiers morceaux de No Angel, plus un titre plus électronique, empreint des sonorités de Faithless, et que Dido compose elle-même : Worthless, ce qui veut dire « sans valeur », vient de prouver l'inestimable talent de la chanteuse. Le contrat signé avec Arista concerne les États-Unis, et c'est pour cette raison que No Angel, le premier album complet, va d'abord être distribué dans ce pays8.

En avril 2000, Dido est à New York et enchaîne les concerts autour de No Angel qui, dans un premier temps, n'a été disponible qu'aux États-Unis. Un jour, elle reçoit une lettre accompagnée d'un CD, celui d'Eminem et son titre Stan, pour lequel il a repris Thank You (« Nous avons aimé votre album et avons repris la chanson Thank You. Écoutez et dites-nous ce que vous en pensez »). « Lorsque j'ai écouté le CD, je me suis sentie emportée, envolée. J'aimais déjà ce qu'il faisait, mais là il y avait quelque chose d'un peu différent, plus beau ». Cependant, il faut se garder d'attribuer le succès de l'enfant de Londres à ce seul coup de chance. Avant même la sortie de Stan, Dido, qui n'a pas ménagé ses efforts de scène sur le sol américain, avait déjà vendu un million d'albums, également grâce au choix de Here with Me en tant que générique de la série Roswell. Paradoxalement, c'est peut-être au Royaume-Uni que « l'effet Eminem » a été le plus favorable : c'est bien souvent grâce à Stan que les Britanniques ont découvert l'artiste compositrice expatriée. Beaucoup ont accusé Dido de plagier le style de Sinead O'Connor ou Sarah McLachlan. Mais Dido, si elle se dit flattée d'être comparée à de telles artistes, explique bien autrement son succès : par la liberté de création, si rare, dans laquelle elle se trouvait étant donné que son style n'était a priori pas très à la mode. Quand le vent a tourné, et qu'il a fallu songer à un second album, elle n'a pas eu besoin de demander cette liberté. « Va vers l'avant, plus loin, sans te soucier de faire comme la dernière fois » lui dit Arista. « Dis-nous simplement quand tu penses avoir fini ». Dido, elle, est aux anges : « Dans mon esprit, je serai toujours celle qui arrive de l'arrière, de l'inconnu, et il semble que cela me porte chance ». C'est ainsi que le 29 septembre 2003, Life for Rent est dans les bacs. Fortement empreint du style de No Angel, ce second opus n'a pas souffert du Syndrome du Difficile Deuxième Album. Si on y reconnaît immédiatement la voix cristalline et envoûtante de Dido, il est néanmoins plus travaillé musicalement, les arrangements se fondent, l'atmosphère est plus intimiste et chaleureuse. Les influences sont troublantes, depuis Ella Fitzgerald jusqu'aux rockers The Clash. Les titres sont sortis un à un en singles, White Flag le premier extrait contient une chanson inédite Paris. Puis les singles s'enchaînent, viendra ensuite le morceau Life for Rent (qui reprend justement le titre phare de l'album), Don't Leave Home (chanson que Dido a composé après avoir sorti No Angel mais avant que l'album ne gagne en succès ; ici le morceau reçoit une instrumentation beaucoup plus riche et plus rapide que l'ancienne version que Dido chantait en bonus sur scène en 2001) et jusqu'au très estival Sand in My Shoes en août 2004, histoire de rappeler les souvenirs des vacances. Durant plus d'un an, elle va enchaîner les concerts, se découvrir des fans insoupçonnés au Japon, en Europe de l'Est, bref dans la quasi-totalité du monde. Les prix pleuvent de toute part, les airs déferlent sur les radios du monde entier. White Flag sera même le titre le plus diffusé sur les radios françaises en 2003 avec 15554 diffusions10. En février 2005 les chiffres des ventes d'albums tombent, Life for Rent s'est pour le moment vendu à plus de 8 millions d'exemplaires à travers le monde. Soit plus de 20 millions avec No Angel.

Plus

Tickets Dido 

Affichage de 1 - 2 sur 2 articles

Rechercher

Facebook

Rejoignez toute l'équipe Rocket Ticket sur Facebook ! On y parle concerts, spectacles et musique avec le sourire et toujours dans la bonne humeur. On parie que vous allez aimer, et même apprendre des choses !

Informations

Catégories